How to catch a shareholder

How to catch a shareholder
Pour faire le portait d'un oiseau...... (copyright Marie-Claire Ralph)

vendredi 6 avril 2012

How Christian Querou erases his shameful past,

and the 200 millions lost by his friends, its shareholders and stakeholders.
.
Dozens of insignificant pictures on Flickr, new job as CFO on LinkedIn, followers on twitter ... All traces of the bankruptcy of Loyaltouch are cleared, the only remaining press releases on the group companies suggest that he could have been an usual and smart executive. After escaping to the United States, and a year of silence, he manages his online reputation, helped by his lawyers.

But can the ruined shareholders bot him out? It is urgent that he be tried.

________
Christian Querou se refait une virginité sur la toile. Pour soigner son e-réputation, on l'a vu ces dernières semaines multiplier les inscriptions pour enfouir un passé douteux dans les profondeurs du web. Des douzaines de photos sans intérêt publiées sur Flickr, l'affichage sur les sites de réseaux sociaux d'un poste de Directeur financier, des abonnements et des abonnés sur Twitter... Une technique classique pour effacer les traces de la faillite de Loyaltouch, et les plus de 200 millions d'euros perdus par ses amis, ses actionnaires ou les autres stakeholders. Vu de loin, les quelques communiqués de presse restant sur les sociétés du groupe pourraient même laisser penser qu'il a été un dirigeant banal, voire brillant. Et le tout avec l'aide de son avocat, qu'il consulte quand un article comme celui-ci le gêne. (Contrairement à ce que je pensais, le cabinet de Olivier Pardo suit toujours son dossier). Au moins, si vous avez des questions sur Loyaltouch à poser, vous savez où le faire. (Poliment SVP).

Mais il serait temps que ce dossier avance, pour qu'il puisse enfin être jugé.
.

7 commentaires:

  1. En effet Mr Quérou Christian a inondé les pages de Google ces derniers mois afin de noyer le poisson... Je suis cependant tombé sur "An Open Letter from Christian Querou." en date du 28 Mai 2012 où il revient très superficiellement sur l'affaire LoyalTouch, suite à ton article du 6 Avril ?
    http://querouchristian.blogspot.fr/2012/05/open-letter-from-christian-querou.html

    RépondreSupprimer
  2. A good piece of litterature ! Needs a special focus on it.

    Décidément, les accusations de diffamation sont une manie chez ce "Monsieur". Cela mérite une petite explication de texte d'ici ce soir!

    RépondreSupprimer
  3. A l'anonyme qui a essayé de publier l'adresse de Christian Querou : merci pour l'information, mais cette information ne sera pas publiée ici.

    Pour deux raisons : cette adresse est parfaitement connue depuis un an par la police, l'AMF, et les actionnaires de Loyal touch. D'autre part, je ne suis pas certaine que Christian Quérou n'en profiterait pas pour m'attaquer pour violation de sa vie privée. Cette adresse à Marina del Rey, à côté de Los Angeles, ne sera donc pas publiée.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, il faudrait que le dossier avance... Mais dans un sens favorable aux victimes ! ;-)

    En attendant :
    http://loyal--touch.blogspot.com/

    Cette Url m'en rappelle une autre.

    A suivre

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. @ Detatech : 'adresse que vous indiquez n'existe pas, par contre, on trouve bien sur http://loyal--touch.blogspot.fr/ la traduction en français de l'article paru en anglais. En plus développé, et plus accusateur pour les salariés et les actionnaires : si la boite a fait faillite, c'est que les salariés ont mal fait leur travail. Quand aux actionnaires, ils se seraient enrichis. De l'art du cynisme. Vous dites que ce blog est signé par un certain Monsieur S., mais je n'y vois que la signature de C. Querou? Désolée qu'il utilise votre photo sans votre accord. Mais là où je me marre franchement : le monsieur en bas de la troisième colonne ressemble à s'y méprendre à Jan Dukert. Qui, si ma mémoire est bonne, est (était?) personae non grata en France. C'est moi qui me trompe?

    PS : quand aux menaces et aux rodomontades de l'auteur du site en question, quelque soit son nom, cela me fait rire. Surtout cette phrase : "Je vous informe d’ailleurs que tous ceux qui ont été sommés en justice de verser les preuves de leurs affirmations concernant de prétendus détournements de ma part ont systématiquement échoué sur ce terrain.". Ainsi, Quérou aurait sommé les actionnaires de LT "verser des preuves"? A ma connaissance, l'affaire n'est pas encore jugée. Aussi, il peut bien raconter ce qu'il veut.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour madame ou monsieur ;

    Me concernant l'incident a été réglé car ma photo n'apparait plus sur ce blog, du plus j’ai été en communication direct avec l’auteur de ce dernier ; aussi j’ai eu confirmation que Monsieur JS n’était pas le rédacteur mais seulement l’auteur des photos prisent dans un cadre professionnel et exploiter par une tiers personne. Je m’excuse donc de l’avoir accusé sans preuve formelle. Concernant l’aspect politique et légal de cette affaire et les divers parutions sur la blogosphère : je n’y trouve aucune sorte d’intérêt … Je suis seulement triste pour certains de mes ex collègues de travail qui aujourd’hui vivent encore les contres coups dévastateurs de cette triste affaire : impossibilité de trouver un emploi car provenant d’une société ayant une sulfureuse réputation, pertes de logements , incapacité d’avoir accès au crédit que ce soit à titre personnel ou professionnel , mobilité forcée à l’autre bout de la France pour trouver un emploi… Sans parler des dépressions et autres choques psychologiques… Il est bon de se pencher sur l’aspect financier et juridique des choses mais il est beaucoup plus importants à mes yeux de considérer: l’aspect humain et ses effets dévastateurs !

    Bonne journée à vous qui que vous soyez.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez poster ici vos commentaires, questions ou réactions. Si vous citez des faits, pensez à indiquer vos sources. Le site est modéré.

Pour poster, indiquez de préférence votre compte google si vous en possédez un et acceptez de ne pas être anonyme, afin que votre commentaire ne risque pas d'être effacé par la suite. A défaut, indiquez votre pseudo en choisissant l'option "nom/url".