How to catch a shareholder

How to catch a shareholder
Pour faire le portait d'un oiseau...... (copyright Marie-Claire Ralph)

mercredi 28 décembre 2011

Les deux dernières arnaques de Christian Querou et Jeanne Possidoni - KBL encore en ligne

Un anonyme avait signalé récemment sur ce blog la parution des comptes 2010 de la Financière Quesa. En signalant une perte de 7,7 M€. Rien de très étonnant, puisque la société, appartenant aux époux Quérou, détenait pour près de 7,5 M€ de titres Loyaltouch, apportés en 2009 par les époux. Titres qui ne valant plus rien après la faillite, devaient être dépréciés.

Mais là où la lecture est tristement instructive, c'est lorsqu'on voit :

- Que la société a profité de la dévaluation des titres Loyaltouch pour se faire rembourser les impôts payés au préalable sur ses PV de cession de titre. Au titre du report en arrière des déficits. Soit 110 K€ supplémentaires à la charge des contribuables français. (Sauf si les sommes n'ont pas encore été versées, mais on peut compter sur la sagacité de Madame Possidoni pour ne publier les comptes qu'une fois l'opération débouclée).

- Que la maison familiale à Andilly, Chateau-Gaillard, avait été transférée dès 2010 à la financière Quesa. La société a trouvé un financier qui lui a avancé 2,5 M€. Pour racheter la maison à son propriétaire, une SCI au nom des deux époux. La banque KBL, si l'on en croit les comptes, a donc permis à Christian Quérou et sa femme de mettre à l'abri 2,5 M€ supplémentaires. La banque de son côté a pris un privilège de prêteur de deniers sur la maison, de sorte que lorsque celle-ci sera vendue, elle sera la première à se servir. Sauf la encore à ce quelqu'un réussisse à faire reconnaitre la transaction comme nulle, mais cela risque d'être mission impossible.

Questions : lorsque Jeanne Possidoni parle de "la Banque KBL", parle t elle de la banque Luxembourgesoise, ou bien de sa filiale KBL Richelieu, déjà très impliquée dans l'affaire Loyaltouch? Et ce financement s'est-il fait moyennant transaction sur les actifs pourris Loyaltouch détenus par KBL Richelieu?

Petite cerise sur le gâteau : Les époux ont réussi à se faire financer en 2010 (et probablement après mars, date de la parution des comptes 2009 de la financière Quesa dont je me demandais le pourquoi) la somme de 1 M€ supplémentaire par la Banque Léonardo, ex VP Finance. En échange d'une promesse de placement de 685 K€. VP Finances s'était déjà illustrée dans l'affaire Golog, mais elle avait réussi à en sortir à temps. Ici, cela risque de n'être pas le cas. Mais comment une banque soit-disant compétente peut-elle prêter de l'argent sur la base de nantissements d'actions Loyaltouch, dont on se rendait compte à cette époque que leur valeur était fortement suspecte, les comptes n'ayant pas encore été publiés?


Je n'ose pas souhaiter aux lecteurs de joyeuses fêtes.

.

mardi 11 octobre 2011

Louis Petiet mis en examen dans le cadre des reprises SAIC Velcorex et DMC Fils

.
Les deux sociétés (respectivement branches Tissus et Fils de l'ex DMC) avait été reprises par Louis Petiet selon la formule utilisée pour Heuliez Concord : acquisition d'actifs via la promesse de fonds à venir.

Aujourd'hui, on apprend de diverses sources que Louis Petiet est mis en examen au pénal par le Parquet de Mulhouse, pour la reprise de SAIC-Velcorex en 2008, la société ayant été placée en LJ 18 mois plus tard.

Une information judiciaire a aussi été ouverte par le Parquet du Havre, concernant la reprise de la société désormais liquidée, Isotherma.

D'autre part, un candidat malheureux à la reprise de DMC Fils, la société ardéchoise Blanchard, porterait aussi plainte contre le dirigeant de BKC, après avoir été déboutée au civil.


Concernant le montage Heuliez/Heuliez Concord/Loyaltouch, il faudra attendre encore un peu.... Car si la reprise de Heuliez a avorté (tout comme, en d'autres temps, celle de Dapta), il ne fait guère de doutes que la société de Louis Petiet a participé à l'ardoise globale de Loyaltouch. Et le dossier semble suivi de près par C. Querou et Linerock Investments, une société basée aux Iles Vierges, et pourtant plus connue sur le Web pour ses logiciels vérolés que pour ses interventions financières.


Sur le marché réglementé, on attend de savoir si l'AK proposée pour combler les pertes de Montaigne Fashion Group aboutira. MFG, ex Regina, a elle aussi été reprise partiellement par L. Petiet, aux côtés de son ancien dirigeant, et présente beaucoup d'indicateurs dans le rouge : censure du forum Bourso, comptes en perte, retards de parution justifiés par la mauvaise volonté de l'ancien CAC qui aurait trainé des pieds pour transmettre le dossier, etc.


Comme le précise l'article du Monde, "le temps de la Justice n'est pas celui des affaires". Mais comme le disait aussi le proverbe : "tout vient à point pour qui sait attendre".





Sources : Les Echos; Le Monde ; L'Usine Nouvelle

.

samedi 1 octobre 2011

Etat des créances déposé pour Courant Chaud et Club Dial

Pour information, selon une information parue au Bodacc le 29/09/2011, les états de créances concernant Courant chaud et Club Dial ont été déposés.

Information sur deux filiales de Loyaltouch qui a priori, n'intéresse que les acteurs (salariés, créanciers, actionnaires ou leurs représentants) soucieux de comprendre la procédure et les montants en jeu, et notamment de savoir, pour les créanciers, si leur créance a bien été acceptée.

Liquidateur :
SCP OUIZILLE-DE KEATING MISSION CONDUITE PAR ME CHRISTIAN HA
51 Avenue du Marechal Joffre
92000 NANTERRE

Concernant Club Dial, le montant du passif vérifié est de
153 créanciers
Montant total : 6.665.038,70 EUR

Dépôt au Greffe de l'état des créances le 31/08/2011
Avis de dépôt paru au Bodacc le 29/09/2011 sous le numéro 0189




Concernant Courant Chaud, le montant du passif vérifié est de
104 créanciers
Montant total : 4.429.322,77 EUR

Dépôt au Greffe de l'état des créances le 26/08/2011
Avis de dépôt paru au Bodacc le 28/09/2011 sous le numéro 0188

Concernant Courant chaud, le liquidateur indique avoir reçu quelques propositions concernant le rachat des actifs immatériels (fichier client principalement).


.

dimanche 4 septembre 2011

Convocation en AG des obligataires le 16 septembre 2011

.

Les obligataires sont convoqués en Assemblée Générale. En gros, on observe les mêmes cibles que le mouvement Ten-France, à quelques détails près :

- la nomination d'un contrôleur auprès du liquidateur est une faculté ouverte aux seuls obligataires.

- Ils visent tout de suite la procédure judiciaire avec les Commissaires aux Comptes, avant de passer par la phase négociation. Mais ne prévoient pas d'attaquer Mazars au vu du libellé.

- A noter par ailleurs que certains fonds ayant transigé avec au moins l'un des dirigeants, ils vont devoir se mettre d'accord entre eux avant de savoir qui ils attaquent.

- et enfin, ils visent plus large que le seul dernier listing sponsor, en prévoyant de s'attaquer "à toute banque étant intervenu dans l'émission, la promotion, la vente ou la revente des obligations". Sans aller jusqu'à envisager de recours au Médiateur de l'AMF. (Ils sont qualifiés par définition vu leur objet social ET vu le montant des obligations!) C'est même assez étonnant qu'ils s'en prennent aux intermédiaires de types "vendeurs".

_________________________________________





M019269 – AFFICHES PARISIENNES
LOYALTOUCH Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au capital de 18.644.515,70 € Siège social : 14, rue Chaptal 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX 444 247 936 R.C.S. Nanterre SIRET 444 247 936 00057 (En liquidation judiciaire)

Avis de convocation des porteurs d’obligations convertibles en actions de la Société

Emission de 44.932.800 € : juin 2007 – Code FR0010491175.

Mesdames et Messieurs les titulaires d’obligations convertibles en actions de la Société, émises par décision du Conseil d’Administration en date du 11 juin 2007 sur autorisation de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 15 juin 2006, dans le cadre d’un emprunt obligataire d’un montant nominal de 44.932.800 € (Code FR0010491175), sont convoqués par le Représentant de la masse des obligataires, la Société DÉTROYAT ASSOCIÉS, en Assemblée Générale, le 16 septembre 2011 à 11 heures, dans les locaux de la Société DÉTROYAT ASSOCIÉS, situés au 5, avenue Matignon, 75005 Paris, à l’effet de délibérer sur l’ordre du jour suivant :

ORDRE DU JOUR

– Instruction au Représentant de la masse des obligataires de faire acte de candidature auprès du Juge-Commissaire pour être désigné « contrôleur » dans le cadre de la liquidation judiciaire de la Société

– Instruction au Représentant de la masse pour, au nom et pour le compte de la masse des obligataires de la Société, engager ou prendre part à toutes actions ou instances en responsabilité civile et/ou pénale à l’encontre des anciens dirigeants de la Société

– Instruction au Représentant de la masse pour, au nom et pour le compte de la masse des obligataires de la Société, engager ou prendre part à toutes actions ou instances en responsabilité civile et/ou pénale à l’encontre de toutes banques et listing sponsors étant intervenus dans le cadre de l’émission, de la promotion, ou de la vente/revente des obligations de la Société

– Instruction au Représentant de la masse pour, au nom et pour le compte de la masse des obligataires de la Société, engager ou prendre part à toutes actions ou instances en responsabilité civile et/ou pénale à l’encontre des anciens Commissaires aux comptes de la Société

– Pouvoirs pour l’accomplissement des formalités.

Tout titulaire d’obligations convertibles en actions de la Société peut participer à l’Assemblée Générale personnellement ou par Mandataire, quel que soit le nombre de ses obligations. Seuls seront admis à l’Assemblée, à voter par correspondance ou à s’y faire représenter, les titulaires d’obligations convertibles en actions de la Société qui auront justifié de leur qualité

mercredi 3 août 2011

Liquidation Judiciaire pour Global Technologies Services

Depuis le 28-07-2011 Liquidation judiciaire
Liquidateur:
Maître LEMEE
39 Avenue de Quakenbr Ck, BP 263
61008 ALENCON Cedex
Mandataire judiciaire:
Maître LEMEE
39 Avenue de Quakenbr Ck, BP 263
61008 ALENCON Cedex


Avis paru sur société.com ce jour.

vendredi 29 juillet 2011

ANOVO en RJ : Maître Pardo a du boulot

_____________________________________________________________________
.

Anovo a été placée hier en redressement judiciaire suite à cessation de paiement.




Anovo est une société ayant la même activité que Global Technologies Service, à savoir la réparation et la maintenance de produits technologiques. Jusqu'à début Juillet, son Président était Jean de La Villardière. Connu de ceux qui ont connu Loyaltouch, puisqu'il avait été dirigeant de ITSS (la structure à l'origine de Global Technologies) avant de claquer la porte et de rejoindre Anovo.

Les difficultés de Anovo avaient été officiellement publiées lors de la parution des comptes semestriels 2010-2011 le 25 mai dernier. Anovo y faisait état de pertes significatives et de difficultés prévisibles de trésorerie à résoudre rapidement, tout en annonçant des prévisions d'amélioration. Le même jour, J. de la Villardière, PDG depuis un an, annonçait la dissociation des fonctions de Président et de DG, en nommant Michel Rességuier à ce titre.

Par la suite, Jean de la Villardière s'est délesté de ses titres sur le marché, comme l'ont appris les communiqués enregistrés à l'AMF.

Le 8 juillet, JdLV démissionnait de ses fonctions de Président, Thibaut de Saint-Vincent étant nommé en remplacement.

Le 19 juillet, Anovo demandait la suspension de sa cotation, afin d'assurer "l'égalité de traitement entre actionnaires" pendant une phase de discussion avec de nouveaux actionnaires potentiels

Le 22 juillet, A. Tomasov est nommé Directeur Général en remplacement de M. Rességuier. En parallèle, on apprend l'entrée au capital de Brigitte Salmon, Juge au TC de Pontoise, et candidate au Conseil d'Administration.

Hier, le RJ est prononcé. M. Rességuier, dans une interview au Courrier Picard,, de nouveau nommé DG, annonce une "trésorerie permettant de tenir jusqu'en Novembre", tout en indiquant qu'il faut "aller plus vite". Il détaille les deux options à l'étude :

- fermeture des sites d'Angers, Brives, Montpellier et de 2 filiales à l'étranger, licenciements dont 600 salariés en France sur les 1200 existants, le détail au niveau mondial (5.600 salariés) n'étant pas précisé
- arrivée d'investisseurs permettant "d'augmenter le périmètre" et de conserver les emplois.

En attendant, les ventes de J. de la Villardière sont à la fois très incorrectes pour les actionnaires qui n'auraient pas su lire entre les lignes, et peut-être même illégales : pourquoi sinon JdLV aurait-il confié la défense de ses intérêts à Maître Olivier Pardo?


Et puisqu'on n'en n'est plus à une similitude près avec Loyaltouch : il existe une association de défense des intérêts des actionnaires d'Anovo, l'AAAN, présidée par Benoît Muller. Lequel, devenu administrateur de Anovo, devait se douter que cela sentait le grillé, puisque lui aussi a cédé ses titres pendant la même période. En parallèle, il existe une autre Association, l'ADEANOVO, qui dénonce à la fois le rôle de Benoît Muller, tout comme celui de Charles Mircher, dont le rêve depuis plusieurs années est de devenir Président de Anovo (Charles Mircher : le dirigeant brillant qui voulait racheter Heuliez via Bernard Krief dont il avait parait-il pris le contrôle, et qui s'est enrichi sur Belvédère en manipulant les PP). Le même qui avait fondé une troisième association "tousensembleanovo.com", aujourd'hui inactive.


Dans le genre "qui a les plus grosses" (pinces) dans le panier de crabes, Critical, malgré sa semaine officieuse en tant que DG de Loyaltouch, a encore des leçons à prendre.



Crédit photo : Loïc FOSSARD, http://loicfossard.blogspot.com

jeudi 28 juillet 2011

La maison de Christian Querou vient d'être mise en vente

.
Chateau-Gaillard, la propriété de Christian Querou à Andilly, vient d'être affichée à la vente sur le site seloger.com.



Ce qui appelle quelques questions. On sait que les fonds obligataires avaient, à l'annonce de la liquidation judiciaire de Loyaltouch, tenté sans succès une saisie-conservatoire sur les actifs des dirigeants. On sait aussi, avec certitude pour Sagazan et Scaglione, que ces fonds avaient été déboutés de leur demande, jusqu'à transiger avec M.Scaglione pour échapper à des DI. Au motif, je résume, qu'aucune faute n'était établie, et que l'hypothèse de mise à l'abri de ces actifs ne reposait sur rien.

Maintenant que Christian Querou s'est réfugié vers des cieux provisoirement plus cléments, pourra t on encore dire que le risque de disparition d'actifs n'existe pas?

Si cette vente est à l'initiative du propriétaire, le liquidateur a t il les moyens de s'opposer à cette vente, ou d'en séquestrer le montant?

En cas de contestation, l'agence immobilière ou l'acquéreur encourent-ils des risques d'annulation de la vente?

Les biens détenus par les autres SCI de C. Querou sont-ils eux aussi en vente?


Pour ceux qui auraient encore quelques économies, avec 2,5 M€, Chateau-Gaillard est à vous, sous réserve que vous vous assuriez de la réponse à ces quelques points.



Référence : SELOGER 05029
Vente Propriété - Sublime propriété de 460m² sur terrain de 15 000m² ! Hall, triple réception 70m², s/manger, gde cuisine, 6 CH, 2 SALLES DE BAIN, 2 s/d'eau. Salle de sport et de cinéma, sauna ! Garages. Superbes prestations ! - Proximité : Centre ville
Mise à jour : mercredi 27 juillet 2011
Référence : SELOGER 05029

http://www.seloger.com/annonces/achat-de-prestige/maison/andilly-95/59332889.htm?ci=950014&idtt=2&idtypebien=14,2&pxmin=2000000&surfacemin=300&tri=



AMF et Segment EA : suppression de toutes les données des bases AMF

Les sociétés cotées sur le segment EA, dont les actionnaires ne bénéficient pas de la protection complète de l'AMF, ont tout de même un certain nombre d'obligations à respecter en termes d'informations réglementée. Même s'il n'est pas facile d'avoir une vue synthétique de ce qui est obligatoire ou pas.

Or l'ensemble de la documentation concernant les sociétés cotées sur ce segment EA a disparu des bases de l'AMF. Tout comme le document pédagogique "ALternext" auparavant en ligne sur le site.

Concernant les informations issues des sociétés, la question a été posée à l'AMF, afin de savoir s'il s'agit d'un bug ou d'une volonté délibérée. Je ne manquerais pas de vous faire un retour.



Par ailleurs, à l'heure où l'AMF :

- demande aux intervenants des blogs et forums de préciser leur positions sur une action lorsqu'ils émettent des avis,
- souhaite développer l'accès au marché pour les PME,

il serait bon d'avoir un document de synthèse permettant à ces mêmes intervenants de s'y retrouver afin qu'ils aient une connaissance plus précise du niveau de protection qui leur est accordé.

___________________________________
Pour info : je n'ai pas d'actions Loyaltouch et ne compte pas en acquérir. Et pour cause.

mardi 26 juillet 2011

Plan de cession pour Global Technologies Services

(Rappel : GTS ne fait plus partie du périmètre Loyaltouch, suite à sa cession à Mathieu Millet en 2010).



GLOBAL TECHNOLOGIES SERVICES
Groupe GTS HOLDING
Siren 339668709
Forme juridique / Capital Société par actions simplifiée
Activité Réparation de produits électroniques grand public
Type Personne Morale
Adresse 21 avenue de la Pierre Vallée Zone Artisanale de l'Estuaire 50220 Poilley France
Evenements
Jugement
Description Plan de cession
Nature Jugement arrêtant un plan de cession
Date 28/06/2011
Complément Jugement arrêtant le plan de cession.
Publication
Source BODACC PCL
Date de parution 12/07/2011
Nojo BXA111870004929
N° de parution PCL_BXA20110134
N° annonce 3120
Tribunal TRIBUNAL DE COMMERCE DE COUTANCESjavascript:void(0)

lundi 4 juillet 2011

BELVEDERE - GECI : Pseudo désactivé sur Boursorama !

.
On ne change pas les bonnes vieilles méthodes !

Suite à des avis exprimés sur Boursorama, forum Belvédère, où je dénonçais la dernière mascarade judiciaire initiée par BVD auprès du TC de Nîmes; et sur GECI, où un joyeux pumper me menaçait d'attaques pour "diffamation de mouvements de capitaux" (si, si, une nouveauté juridique...), mon pseudo TseiiTve a été désactivé.

Impossible de poster le moindre message ou de recommander des posts pertinents...

Cela limite les risques que les actionnaires n'aillent faire un tour sur le blog des autres pépites, http:newsgolog.blog spot.com.

.

mardi 28 juin 2011

Rachat du Groupe Odyssée par Solution 30 (ex PC30)

Solutions 30 annonce la reprise de l'activité du Groupe Odyssée, société spécialisée en moyens de paiement, initialement filiale de Thalès, puis rachetée par Loyaltouch. Pour mémoire, le Groupe Odyssée, dépendant de Global Technologies Services (Dirigeant actuel Mathieu Millet), avait été fusionné avec Serrib. A priori, seule l'activité moyen de paiement aurait été rachetée.




"SOLUTIONS 30 reprend les activités d’Odyssée (ancienne filiale du groupe Thalès)

SOLUTIONS 30 (ex PC30) leader européen des Solutions pour les Nouvelles Technologies, annonce aujourd’hui la reprise des actifs et des activités de la société Odyssée (ancienne filiale du groupe Thalès), société spécialisée dans les systèmes de paiements.

Fondée en 1996, Odyssée est composée de 57 salariés et réalise un chiffre d’affaires annuel de 5 millions d’euros.

Au travers de cette acquisition, le Groupe SOLUTIONS 30 renforce son statut de leader européen des solutions pour les nouvelles technologies et enrichit les activités développées par le groupe sous la marque MONEY 30.

SOLUTIONS 30 complète ainsi son offre dans le domaine des systèmes de paiements, marché en forte demande d’expertise, notamment à cause du développement de la technologie NFC qui permet le paiement sans contact, soit par carte de paiement soit par Smartphone.

Grâce à sa trésorerie disponible et à sa structure financière saine, SOLUTIONS 30 réalise cette opération sur fonds propres et sans augmentation de capital. Consolidée dans les comptes de SOLUTIONS 30 à compter du 1er juillet 2011, cette acquisition sera immédiatement relutive. Une fois l’intégration de ces activités terminée, la rentabilité de la nouvelle structure sera en ligne avec celle du reste du groupe.

Après avoir réalisé un chiffre d’affaires de 54,7 M€ en 2010, SOLUTIONS 30 vise pour l’exercice en cours une croissance supérieure à 10%.

Prochain Rendez-vous

Chiffre d’affaires du 1ersemestre : Fin juillet 2011

A propos de SOLUTIONS 30

Le groupe SOLUTIONS 30 (ex PC30) est le leader européen des solutions pour les Nouvelles Technologies. Sa mission est de rendre accessible à tous, particuliers et entreprises, les mutations technologiques qui transforment notre vie quotidienne: hier l’informatique et Internet, aujourd’hui le numérique, demain les technologies qui rendront le monde toujours plus interconnecté en temps réel. Fort de plus de 2,5 millions d’interventions réalisées depuis sa création et organisé autour d’un réseau de techniciens de proximité, SOLUTIONS 30 couvre actuellement la totalité du territoire en France, Italie, Pays-Bas, Belgique, Allemagne. Le groupe a récemment ouvert une filiale en Espagne et vise à terme une couverture européenne.

Solutions 30 est une société cotée sur Alternext- ISIN FR0010263335 – code ALS30."

lundi 20 juin 2011

Jugement suite à audience du 13 mai - Procédure Gaapp-Brosseau contre Euronext, CAC, etc

.
.
Suite à l'audience du 13 mai, où Maître Brosseau et Jean-François GOULON, Président du GAAP, nous annonçaient un 'TSUNAMI, le jugement a été rendu le 17 juin.

Comme évoqué dans le post "Overdose" , le Tsunami a bien été remplacé par un "plof".

Pour rassurer tout de suite les adhérents de la procédure Gaapp/Brosseau, qui auraient omis de consulter la version Gaapp du jugement, accessible sur http://gaapp.1fr1.net/t1668-audience-du-17-juin aux gentils membres ayant accepté de financer cette année encore les élucubrations de JFG, commençons par l'excellente nouvelle : la demande de dommages et intérêts de 1 M€ faite par Euroland n'a pas été acceptée. C'est toujours ça d'économisé.

Pour le reste.... le jugement est peu étonnant pour ceux qui étaient présents le 13 mai.

- Les actionnaires de la procédure Brosseau sont déboutés de toutes leurs demandes.. restantes à la fin de l'audience. Il faut dire que Maître Brosseau avait fait forte impression en séance. Par rapport à la longue liste de demandes figurant dans ses conclusions initiales, il avait du, à la simple lecture de documents communiqués par la défense, en retirer une majorité. Ce qui avait donné une litanie de

- Maitre, demande 2.1, vous maintenez?
- Non, je retire!
- Demande 2.2?
- Je retire!
- Demande 2.3?
- Je ret..Ah non, celle-là, je la garde.
- Demande 2.4?
- Je retire
- Demande 2.5?
- Je retire
- Demande 2.6?
- Je retire
- 2.7?
- je maintiens, je la maintiens celle_là
- 2.8?
- Je retire
- 2.9?
- je retire.

Bon, je vous passe la suite, au bout d'un moment, j'avais arrêté de noter. Peu importe le contenu de chacune de ces demandes, puisque celles qui n'ont pas été retirées ont été rejetées. Le seul point sur lequel Maître Brosseau a obtenu gain de cause est un préalable concernant Euronext. Il s'était en effet trompé de cible, assignant une structure proche d'Euronext, qui n'était pas concernée par l'affaire. L'avocate de ces deux sociétés en avait fait la remarque, et avait accepté un changement en séance, afin que ce vice de forme (je crois qu'en droit on dit plutôt "erreur sur la personne") n'oblige pas les parties à recommencer une seconde procédure. Ce changement a été accepté par le Juge.

Tout comme Euroland, il faut le noter, s'était laissé convaincre de participer à l'audience bien que n'ayant pas reçu les conclusions de la partir adverse.

Un point de fond, quand même : certains défenseurs avaient souligné qu'ils n'étaient pas les mieux placés pour procurer aux actionnaires du Gaapp les documents, et s'étaient étonné que ces documents n'aient pas été demandés au dernier Directeur Général en date. Surtout connaissant les liens très proches, pour ne pas dire endogènes, entre Jean-François Goulon, Président du Gaapp, et Jean-François Goulon, ex-éphémère DG de Loyaltouch.

Voilà. Et donc, les actionnaires rassemblés par le Gaapp sont condamnés aux dépens. Et devront s'acquitter de 3.000 euros par défendeur (Euronext, Maitre Legras de Grancourt en tant que liquidateur, Euroland en tant que listing sponsor, MM. Martin et Burban en tant que Commissaires aux Comptes, et Mazars en tant que conseil) au titre de l'article 700. A mutualiser entre eux.


Finalement, c'est dommage que le Gaapp et Maître Brosseau soient revenus à plus de raison, en ne publiant qu'en petit comité les résultats de leurs exploits. Car on se marrait bien, quand même!

Pour les autres, qui ont rejoint la procédure Ten-France (Maître Saubole) initiée par Salimar : le dossier continue à avancer dans la discrétion. Nouvelles en septembre je suppose, vu les calendriers.


.

mardi 14 juin 2011

DEPOT DES ETATS DE CREANCES POUR OVERDRIVE ET KOURO SIVO EVENTS

.

Pour information : les états de créance des sociétés du Groupe commencent à tomber. Compte-tenu du passif global annoncé par les liquidateurs (plus de 150 millions d'euros annoncés lors de l'audience du 13 mai 2011 par Me Legras de Grancourt, liquidateur du seul sous-groupe Loyaltouch, hors donc Global technologies), la contestation éventuelles de quelques créances ne changera globalement rien à la donne sur le plan purement financier pour les actionnaires. Et vu l'exemple de Id-future, où la récupération du peu de cash restant a été organisée de façon très méthodique, il est assez improbable qu'il soit resté le moindre sou en caisse pour les sous-filiales.

Cela vaut toutefois la peine de s'y intéresser pour quelques acteurs, sachant que la dernière piste qui restait aux protagonistes, au cas ou quelques rogatons aient échappé à leur emprise, était de déclarer des salaires, puisqu'il s'agit de créances super-privilégiées passant avant celles des fournisseurs, obligataires et actionnaires.

L'intérêt se situe donc plus pour :

- les moralistes invétérés (les ex-dirigeants auront-ils osé demander le paiement de "créances" à leur profit?),

- les vengeurs masqués (toujours dans l'hypothèse où les anciens dirigeants aient déposé des créances! Plusieurs fonds obligataires ont tenté une saisie conservatoire des biens de ces dirigeants. Ils ont été déboutés, et condamnés à leur verser des contributions sonnantes et trébuchantes. Sur le plan humain, il serait logique qu'ils s'opposent à de nouvelles tentatives d'enrichissement personnel, le cas échéant : sera-t-il dit que les juristes de BNP Paribas et consorts sont des nuls?)

- mais surtout : pour les VRAIS SALARIES (et pour l'AGS, qui a théoriquement pris en charge tout ou partie de leurs créances). Concernant Overdrive et Kouro Sivo Events, il serait toutefois étonnant que les créances des salariés dépassent 6 mois, vu la durée de vie limitée de ces sociétés. Si vrais salariés, il y avait!

- et pour les VRAIS FOURNISSEURS : au cas où, il serait dommage de se faire coiffer par des personnes ayant eu des liens d'affaires très (trop?) étroits et imbriqués avec le groupe Loyaltouch.

Accessoirement, il serait marrant pour des intervenants tels que la Brigade Financière de découvrir dans la liste des créanciers des personnes telles que XXXXX ou ZZZZZZ .


Bref, il n'y a qu'un mois pour déposer une contestation à compter de la date de parution dans un journal d'annonces légales, ici le Bodacc. Voici les deux annonces :




KOURO SIVO EVENTS
Siren 341764801
Forme juridique / Capital Société à responsabilité limitée
Activité activité Évènementielle communication Évènementielle organisation séminaires convention Congrés.
Type Personne Morale
Adresse 14, rue Chaptal 92309 Levallois Perret Cedex France
Evenements
Jugement
Description Dépôt de l'état des créances
Nature Dépôt de l'état des créances
Date 13/04/2011
Complément L'état des créances est déposé au greffe où tout intéressé peut présenter réclamation devant le juge-commissaire dans le délai d'un mois à compter de la présente publication.
Publication
Source BODACC PCL
Date de parution 07/06/2011
Nojo BXA11151001215L
N° de parution PCL_BXA20110110
N° annonce 1487
Tribunal TRIBUNAL DE COMMERCE DE NANTERRE

OVERDRIVE
Siren 393280227
Forme juridique / Capital Société par actions simplifiée
Activité l'organisation de toutes manifestations ayant trait au sport et aux loisirs - l'assistance dans la conception et la gestion d'installations et d'équipements de sport et de loisirs l'assistance aux entreprises concernant la gestion des ressources humaines et le développement de la motivation par l'action toutes activités de publicité et de promotion commerciale.
Type Personne Morale
Adresse 14, rue Chaptal 92309 Levallois Perret Cedex France
Evenements
Jugement
Description Dépôt de l'état des créances
Nature Dépôt de l'état des créances
Date 13/04/2011
Complément L'état des créances est déposé au greffe où tout intéressé peut présenter réclamation devant le juge-commissaire dans le délai d'un mois à compter de la présente publication.
Publication
Source BODACC PCL
Date de parution 07/06/2011
Nojo BXA11151001244S
N° de parution PCL_BXA20110110
N° annonce 1503
Tribunal TRIBUNAL DE COMMERCE DE NANTERRE

mercredi 8 juin 2011

"Je suis Commissaire aux Comptes ..." (La Perla World)

.
Tous les actionnaires de Loyaltouch ayant fréquenté le forum bourso se souviendront sûrement de ce message d'anthologie "Je suis Commissaire aux Comptes..."
Message qui s'était attiré 24 recos, 3 pages de commentaires, dont les remerciements de Critical à "Ludwig" pour "ses précieux apports". Et qui au passage avait du convaincre une bonne dizaine de naïfs que tout allait bien, puisqu'un CAC le disait.




Parlons de Le Perla World maintenant. C'est quoi? Une société au bord du gouffre, contrôlée par Jean-Marie Santander (désolée pour le pléonasme). La société va tellement mal qu'en novembre 2010, lors d'une première AG avortée, les CAC ont lancé une procédure d'alerte. Et en janvier 2011, ils ont refusé de certifier ses comptes consolidés, lors du début de la seconde AG. De promesses en rebondissements, ladite seconde AG s'est prolongée sur trois séances, dont la dernière a eu lieu le 26 mai.

Le 5 juin, la société publiait trois communiqués :
- le compte-rendu de l'AG (attendu avec impatience puisqu'on allait enfin connaitre les résultats 2009 et l'avis des CAC sur la question)
- le décomptes des droits de vote exprimés en AG
- et un communiqué informant d'un protocole d'acquisition d'un lot de biens immobiliers et de dettes, sous réserves suspensives, auprès de La Perla Living NV, une société cousine ennemie en cessation de paiement pour la partie immobilier, et auprès d'un groupe de particuliers non résidents créanciers pour la partie dettes. Avec une valorisation des biens "estimée à ce jour entre 35 M€ et 50 M€" et pour lesquelles "les expertises sont en cours de réalisation et feront foi". Du côté de la dette structurée à reprendre, aucune hésitation par contre : c'est 55 M€ tout rond. Pour régler ces acquisitions d'actifs et de passifs, il est prévu une AK de 90 à 105 M€, (soit 5 fois la capitalisation). Et il est précisé que la rémunération des apports se ferait sur la base d'un prix de 0.316 euros par action, avec dividende prioritaire pour les créanciers.

Sachant que le cours de l'action se trainait depuis des mois entre 0.04 et 0.12 euros, et qu'une faillite était redoutée, que pensez-vous qu'il se soit passé? Que les actionnaires se sont jetés sur les extraits de comptes figurant au compte-rendu?

Que nenni. D'ailleurs, il n'y avait aucune mention de ce type de détails vulgaires dans le compte-rendu. Ni aucune précision sur l'avis des CAC. Ni sur le sort de la procédure d'alerte qu'ils avaient dit lancer en novembre.

NON! Des neuneus ont rappliqué en masse, fascinés par cette équation : "des vendeurs vont accepter d'être payés avec des actions sur la base de 0.316 euros DONC le cours va grimper et rejoindre ce niveau." Sans d'ailleurs se préoccuper de faire l'addition pour voire pourquoi on achèterait 100 M€ un actif net qui ne vaut, au mieux, que 40 M€.

Car comme disait notre bon Palmer sur Golog :

"LES COMPTES, ON S'EN FOUT!"

Et le cours est passé de 0.04 à 0.16 sur la seule séance de lundi.

Au passage, c'est juste aujourd'hui que je réalise que notre Ludwig de CAC a plagié Palmer sans vergogne, quand il était question d'OPE, en déclarant :

"LE COURS DE BOURSE, ON S'EN FOUT"


BREF, vous l'avez compris, La Perla est une pépite en fort devenir. Mais pourquoi parler de notre CAC à tous, me direz-vous?

Et bien c'est qu'hier j'ai répondu à un post sur Bourso. Avant de réaliser qui l'avait écrit. Voici le message :


Posté par M18929 ( Ludwig ) · boursomarquer · ignorer
Je suis assez partagé sur la situation
Hier à 20:30

Pour répondre à un autre message, le calcul de 0.08 € est faux. La valeur retenue par les dirigeants 0.316 € représente la valeur des capitaux propres (Capital social+Prime émission+Réserve+Report à nouveau négatif ou positif).
Sur ce type d'activité, c'est à dire la détention de biens immobiliers, il me semble que l'on applique une décôte (environ 40% me semble pour la PERLA prudente). Un cours de 0.20 € dans ce cas me semble cohérent.
D'un autre côté, les apporteurs vont recevoir des actions valant en théorie 0.316 € mais cotant 0.13€ (ce qui est donc plutôt contradictoire).
Je pense trés sincèrement que l'action devrait se diriger vers les 0.20€ dans un premier temps...
Il se peut que l'action se rapproche des 0.316 € pour favoriser l'opération car les créanciers devront bien retrouver leur compte dans l'histoire.
Qu'en pensez-vous?
Merci


Ce que j'en pense finalement ? C'est tout d'abord rassurant. On sent émerger dans le raisonnement précédent une fugace pointe de lucidité naissante. Mais quand même... il devrait adhérer au Gaapp. Il parait qu'un de leur objet est l'éducation du grand public à la Bourse.

Ah bon, c'est déjà fait? Alors je ne sais pas. Un CAP de compta, peut-être?
:

mercredi 1 juin 2011

Pages Jaunes, les robots et la mauvaise e-reputation

.
.
Hier soir, en clôture, les volumes de transactions ont explosé sur PAGES JAUNES, nom de code PAJ. 5,7 millions de titres ont été échangés entre 17H30 et 17H35, contre 2,1 millions de titres pour le reste de la journée.

Record annuel battu, à près de 10 fois le volume moyen. L'action, qui avait mal passé la journée, a fini en baisse relative, à 7.161, alors qu'elle avait oscillé entre 7.18 et 7.36 depuis l'ouverture.


D'où vient un tel record? Mauvaise nouvelle connue de seuls initiés? Pourtant, plus de 6 heures après la clôture, cela aurait du commencer à transpirer? J'ai vainement scruté la webosphère, pour tenter de comprendre.

Dans les news répertoriées sur Google, une alerte du Figaro. Fausse alerte, l'article signalait dans l'après midi que techniquement, la résistance haute risquait d'être d'être enfoncée.

Et puis, un article d'un blog canadien, titrant "San Francisco amplifie les craintes envers Pages Jaunes".

L'article parlait en fait de Yellow Media, ou YLO pour les intimes, une société d'annuaires papier, aux mêmes couleurs que ceux édités par PAJ. Annuaire assez logiquement qualifié de "Yellow Pages". La société a perdu 40% de sa valeur sur le marché de Toronto, mais risque de souffrir encore plus, la ville de San Francisco ayant interdit la distribution automatique des annuaires papiers sans accord préalable des destinataires.

En en anglais, une floppée d'articles sur la même YLO, sur la décision de San Fransisco, et sur tous les autres problèmes qu'a rencontré la société.

Je me suis dit que les investisseurs ne pouvaient pas confondre les deux. Jusqu'à ce que je lise un article, titré "FaceBook pet-il jouer les Gourous boursiers", qui finissait ainsi :


De plus en plus d’agents en Bourse recourent à des algorithmes pour négocier automatiquement des actions sur la base des résultats des moteurs de recherche sur l’internet . Ces traders algorithmiques négocient donc des actions en volume croissant à mesure que les noms de ces entreprises circulent davantage sur l’internet. Cette tendance est attestée par les actions de Berkshire Hathaway, le véhicule de placement de Warren Buffett. Le chercheur américain Dan Mirvish a montré que Berkshire s’envolait chaque fois qu’Anne Hathaway, actrice et homonyme, défrayait l’actualité. À part le nom, ils n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Cela prouve aussi que la méthode des algorithmes n’est pas encore parfaitement au point.

Peter Van Maldegem - 16:12 - 29/03/2011 Copyright © monargent.be



Du coup, je me demandais on allait avoir avoir dans la nuit une nouvelle catastrophique expliquant ces volumes en baisse, ou si PAJ n'aurait pas été victime de ces mêmes algorithmes boursiers?



Ce matin, Pages Jaunes a ouvert en légère hausse, à 7.19€, dans des volumes ridiculement faibles. 70.000 titres ont été échangés dans la première demi-heure.
.
.
.

dimanche 29 mai 2011

Problème technique Blogger : commentaires impossibles sous certains navigateurs

Bonjour,

L'outil Blogger, (qui est utilisé pour faire paraitre ce blog) rencontre depuis quelques jours des problèmes récurrents, qui peuvent entrainer :

- l'impossibilité d'accéder aux blogs
- l'impossibilité de poster des commentaires, avec certains navigateurs, notamment Opéra, Mozilla, voire Safari. Interne Explorer fonctionne en solution dégradée.

samedi 21 mai 2011

Le lieu de villégiature idéal : Christian QUEROU vous l'a trouvé.

.
.
Suite au sondage :

Si vous étiez financièrement TRES aisé, (disons que vous ayez gagné le jack-pot en Bourse), pour vous, le lieu de résidence idéal, ce serait ?


Voici les réponses obtenues :

1. A proximité immédiate d'une grande ville (avec aéroport et vie sociale intense) (10%)
2. A proximité immédiate d'une plage et d'un yacht-club (moins de 200 m) (20%)
3. Un lieu qui évoque la nature - fontaines, cascades, végétation luxuriante (30%)
4. Un compromis des 3, mais merci des suggestions (40%)
5. Dans le désert. (0%)



Votre dirigeant préféré a résolu la quadrature du cercle. Quel endroit, mieux que Marina Del Rey, répond à l'ensemble de vos critères?

A 10 km de l'Aéroport International de Los Angeles, une quinzaine de Berveleys Hill, le quartier de Mariner's Village, à Marina Del Rey est à distance idéale des plages et de la marina proprement dite. Et bien mieux fréquenté que le trop commun Venice Village. Pour Santa Monica Beach, prévoir 5 minutes de trajet supplémentaire.


"Quid de la nature?" en entends-je murmurer... Bon, on avait parlé d'évocation. L'arbre que vous voyez en photo, devant lequel votre dirigeant préféré passe inévitablement chaque jour, n'est pas le seul de l'impasse, ni des environs. Les différents courts de tennis et piscines du quartiers, tous comme les points Barbecue collectifs, sont largement masqués par la végétation luxuriante. Pour les sources et cascades, faites-donc un tour sur Google Map : c'est inattendu, en peine ville.


Quand à l'adresse proprement dite de Christian Querou, ne comptez-pas sur moi pour vous la donner. Il paraît que c'est interdit. Et puis, je suis sûre que poussés par la curiosité, ceux que cela intéresse vont se précipiter sur le web pour chercher si elle est déclarée à son nom ou à celui de son épouse.

Mais c'est un chouette endroit. Quand aux retardaires qui n'ont pas voté et préféreraient le désert, rassurez-vous, il n'est pas loin.



Photo : copyright Aleksolo

Action en justice des actionnaires : faut-il aller plus vite?

.
.
Sur le forum de défense des actionnaires (action Ten-France), l'un d'entre eux se demande s'il convient "d'aller plus vite" :

Ne perdons nous pas trop de temps en attendant trop d'aller droit au but, Càd en ne s'occupant pas des vrais responsables de cette affaire. Cela ne risque pas d'être encore plus difficile de retrouver l'argent disparu.......?


Avis purement personnel :


Non, je ne crois pas que la méthode employée par votre avocat soit une perte de temps (si du moins vous faites partie de l'action Ten-France)


Remarque préliminaire : la notion de "vrais responsables" ne me parait pas appropriée. Si par ce terme vous faites allusion aux premiers responsables identifiés, à savoir les dirigeants, il n'est pas judicieux de les qualifier de "vrais responsables". Cela reviendrait à dire que les autres responsables vers lesquels Ten-France va se retourner seraient de "faux responsables"· Dès lors, pourquoi se retourner contre eux?

Il y a quelques mois, j'aurai partagé vos interrogations. Mais au vu des résultats définitifs ou provisoires de 3 procédures déjà intentées, il semble urgent au contraire de se hâter lentement (exception faite de ceux qui ont déclaré vouloir se joindre à la procédure et n'ont pas encore rendu leur dossier complet).


1. Sans rentrer dans les détails, deux établissements financiers représentant plusieurs fonds obligataires ont intenté un référé pour collecter des informations leur permettant de prouver la fraude : ils ont été déboutés, avec condamnation aux dépens et art. 700. Et leur tentative de faire cavalier seuls n'a pas été très appréciée.


2. Les mêmes ont intenté des saisies sur les avoirs des dirigeants. Là encore, ils ont été débouté, et condamnés aux dépens et art. 700 (même si par la suite, des négociations avec au moins l'un des dirigeants leur a permis de limiter les sommes à verser).


Dans l'un des deux cas, il y a eu en plus des indemnités à verser aux dirigeants. Je suppose que votre objectif est de vous faire dédommager, et en aucun cas de venir enrichir encore plus les personnes que vous souhaitez attaquer.


3. Enfin, la troisième procédure est celle initiée par le Gaapp, avec Me Brosseau comme Avocat. Le Juge n'a pas encore rendu sa décision concernant le référé dont il a été dit qu'il ne s'agissait d'un copier-coller de la procédure des obligataires. Vu de l'extérieur, cela a été un véritable fiasco. Tout d'abord parce que l'avocat a du renoncer lors de l'audience du 13 mai à bon nombre de ses prétentions. Parce que aussi plusieurs des défenseurs ont mis en avant l'implication du dernier DG en date. Mais surtout, parce qu'il est possible, selon ma seule opinion, qu'ils n'obtiennent gain de cause que sur quelques points mineurs, et que en contre-partie, le montant des dépens voire des dommages et intérêts soit significatif pour les actionnaires qui ont souscrit à cette procédure. Dont il ne s'agissait pas de juger au fond, mais juste d'obtenir des documents ou éléments de preuve pour l'accusation au fond, qui ne pourra pas intervenir avant la fin des enquêtes de l'AMF et de la Brigade Financière.


Comme l'avait souligné Salimar lorsqu'il vous a suggéré de partager avec lui les frais de défense, la procédure sera longue. Pour vous situer quelques éléments de calendrier, l'enquête AMF n'est pas encore achevée. Elle devrait l'être cet été, vers juin ou juillet. L'enquête de la Brigade Financière elle, peut prendre encore de longs mois. Et de tout ce qui été dit ou écrit lors des trois procédures citées, il serait vain ou très coûteux (voire impossible?) d'espérer attaquer les dirigeants avant que les enquêtes ne soient terminées. Comme le disait le liquidateur : la Brigade financière travaille "gratuitement" (dans le sens ou le financement est assuré par nos impôts collectifs). Faire le choix d'une enquête parallèle dans l'espoir d'accélérer le processus revient à engager, au-delà des sommes sur lesquelles vous vous êtes mis d'accord avec Ten-France, des budgets colossaux. Et encore, sans avoir la certitude qu'ils puissent pallier les défauts inhérents à une initiative privée.


Certains l'ont tenté. Par exemple pour découvrir la nouvelle adresse de Christian Querou. Or les sommes engagés n'ont servi à rien puisque cette adresse est "publique". A l'inverse, le travail de fond qui reste à faire est de continuer à analyser et peaufiner les axes d'attaques vis-à-vis des autres intervenants. Cela demande beaucoup de temps, un minimum de compétences en analyse de textes réglementaires, professionnels, et énormément de travail de compilation et de synthèse. Vous devez vous douter que plus votre dossier sera complet, plus les éléments de base présentés à l'avocat, discutés avec lui et défendus par lui seront pertinents, plus vous aurez de chances.


Bien entendu, ce travail de fond n'est pas détaillé ici, ni ailleurs. Et vous avez tout intérêt à ce qu'il ne le soit pas, histoire de ne pas mâcher le travail de la défense et d'autres plaignants. Cela peut être frustrant pour vous, parce que vous avez l'impression qu'il ne se passe rien. Je suis certaine que ce n'est pas le cas. Et à cet égard, je suis persuadée que ce serait un faux calcul que de harceler l'avocat pour avoir le détail des avancements de ses réflexions, ou autres axes de travail.


Mais pour revenir à votre question première : non, je pense que vous auriez tout à perdre à tenter d'aller beaucoup plus vite.

.
.

mercredi 18 mai 2011

Reaction à l'article de la Financiere de l'Echiquier

.
.
Didier Le Ménestrel, Président de la réputée "Financière de l'Echiquier", vient de faire paraitre sur le site Votreargent.fr un article titré "Introductions en Bourse : Gare au pot-aux-roses" reprenant entre autres le cas de Loyaltouch, mais aussi celui de Proximania (l'un semble ne pas aller sans l'autre), de Théolia (encore vivante mais devant se sortir de la mauvaise passe liée à la gestion de son ancien Président JM Santander), et de Montceau-Fleurs (une société dont les pertes se creusent et dont le cours de l'action a dévissé en conséquence).

L'article, disponible ici :

http://votreargent.lexpress.fr/bourse/introductions-en-bourse-gare-au-pot-aux-roses_157686.html

débute ainsi :

"Contrairement aux idées reçues, les introductions en Bourse sont rarement de bonnes opérations pour les investisseurs actionnaires individuels."

et développe l'idée que :

"Notre rôle d'investisseurs est de prendre le temps de bien appréhender l'équipe de management, son expérience, son savoir-faire, la position de marché de l'entreprise et ses perspectives de développement."


Même si l'on ne peut qu'être d'accord avec le dernier point, j'ai cru ressentir une opposition entre individuels peu compétents, et "investisseur prenant le temps de connaitre la société".

D'où ma réponse (dont j'ignore si elle sera publiée, au vu de mon expérience avec AGS Smallcaps) :

"Vous avez raison de souligner le risque pour les investisseurs particuliers des introductions en Bourse, et de la nécessité de comprendre la qualité du management.

Toutefois, le cas particulier de Loyaltouch appelle quelques précisions :

1. L'engouement des "petits porteurs" ne s'est pas fait lors de l'introduction, mais ultérieurement, à partir de fin 2009, à l'occasion d'un changement de structure - rachat de la société Global Technologies - abondamment commenté dans la presse web spécialisée. Les espoirs déçus se sont basés entre autres sur la parution de comptes erronés, que quasiment personne n'a dénoncé.

2. En l'occurrence, les "petits porteurs" n'ont pas été les seules victimes, puisque dans les 100 millions d'euros d'insuffisance d'actif constatés après la liquidation judiciaire de cette société, on compte pour 43 M€ d'obligataires, recrutés dans des banques ou entreprises d'investissement parmi les plus réputées.

Sans parler des banquiers assurant leur rôle traditionnel de financement de l'économie.

Pour la partie actionnariat, si l'on retrouve bien de nombreux petits porteurs, là aussi plusieurs fonds d'investissement se retrouvent eux aussi victimes.

Ici, la non-découverte du "pot-aux-roses" ne tient donc pas tant à la qualité des investisseurs (individuels ou institutionnels) qu'à une série de dysfonctionnements (ou de règles de fonctionnement inadaptées) qui font que aujourd'hui encore, aucun des maillons de la chaîne n'accepte de reconnaitre sa part de responsabilités. Et que par conséquent, ce type d'affaires pourrait se reproduire à l'envie.

Loyal-touch.blogspot.com
"




A ce jour en effet, parmi ceux qui ont accepté implicitement de reconnaitre une part de responsabilité, on ne trouve que :

- quelques actionnaires individuels (qui ont ouvertement reconnu avoir manqué de discernement)

- quelques intermédiaires financiers qui ont modifié leurs procédures (mais qui sans doute auront du mal à faire le lien lorsque les procédures viendront sur la table des négociations)

- et un dirigeant, Christian Quérou, qui est parti s'intaller à l'étranger (et dont l'avocat nous précisera sûrement que ce départ est motivé par des convenances personnelles et en aucun cas par un aveu de culpabilité).



Toujours est-il que cette affaire n'aurait jamais du prendre cette envergure. Mais la leçon en sera t elle tirée un jour? Avec quels moyens?

?
?

lundi 16 mai 2011

OVERDOSE....

.
.
Vu le nombre de conneries et horreurs entendues ou lues ces quatre derniers jours sur des procédures en cours, je commence à avoir une overdose. Aussi, pour ne pas rajouter ma pierre tout de suite,  je vous fais grâce pour le moment du compte-rendu de l'audience de vendredi dernier.  Référé où  les actionnaires du Gaapp représentés par Maitre Brosseau assignaient dans ce qui devait être un "tsunami juridique" : Euronext, Euroland Finance, le cabinet Mazars, les Commissaires aux Comptes de Loyaltouch, et le liquidateur, Me Legras de Grandcourt.

Plutôt que de Tsunami, on devrait parler de plof presque inaudible. Je me permets donc de renvoyer

- les actionnaires du Gaapp : au CR peut-être cette fois non public qui sera éventuellement fait par le Gaap ou Maître Brosseau (il faut dire que à 1 M€ de demande de dommages et intérêts pour diffamation faite à l'encontre des actionnaires regroupés par le Gaapp, la com devrait désormais être plus soft, même si la probabilité que le Juge statue sur cette demande à cette étape de la procédure est relativement limitée). Pour les sommes demandées au titre de l'article 700, je n'ai pas tout compté, mais même si le sort de la demande est plus probable, la somme devrait être largement moindre....

- les actionnaires adhérant à la procédure Ten-France :  au communiqué finalement très fidèle, quoique peu détaillé, de Salimar, qu'il a du vous envoyer par mail, mais qui est aussi accessible sur le site de ce mouvement, à l'adresse :
http://défense-actionnaires-lt.com/index.php?option=com_ccboard&view=postlist&forum=1&topic=82&Itemid=108

Pour le moment, je partage volontiers (entre autres) l'opinion suivante de Salimar" :

" En ce qui nous concerne cela m’a toutefois conforté dans le fait que la « stratégie » du cabinet TenFrance de respecter les défendeurs, de limiter la médiatisation, de ne pas se précipiter, de se concentrer sur des dossiers techniquement parfaits et argumentés est la bonne.(A ce sujet certains d’entre vous –qui ont été relancés par le cabinet TenFrance- n’ont pas encore complété leur dossier, si vous êtes dans ce cas faites-le le plus rapidement possible)."


- les autres actionnaires, obligataires,  Déminor et autres : au verdict du jugement initial de cet automne, où les obligataires se sont fait condamner aux dépens. Jugement prononcé à l'occasion de leur demande de référé-expertise (art 145 du CPC) au cours duquel ils ont assigné presque les mêmes, plus les dirigeants. Pour info, le juge dans son audience du 13 mai n'a bien sûr pas encore rendu son jugement, mais il est noter que le liquidateur, entre autres, a exprimé son sentiment que les conclusions rendues par la défense du Gaapp n'étaient guère qu'un copier-coller de la demande des obligataires, et étaient une dépense superfétatoire mise inévitablement à charge soit de la liquidation, insolvable, soit des plaignants, en fonction de la décision du Juge.

Je ne partage pas cet avis à 100%, mais bon... Brosseau n'a apporté aucun contre-élément, quand à Ten-France, j'attends de voir comment ils réagiront.


Juste pour la bonne bouche, quelques détails :

-"Craigstone", gestionnaire de fonds habilité par l'AMF? = rien trouvé. Pas depuis 2006.

- Parole de liquidateur :

"Il est certain que, face au passif de plus de 100 millions d'euro, il y a eu a priori des détournement de fonds, tant par des personnes internes et/ou externes. A l'inverse, la parution de comptes erronés n'est pas prouvée".

Alors là, je me permets un hommage à une certaine Brigittt, que certains des actionnaires ont pu connaître sur le forum Boursorama, et ferais donc un simple plagiat d'une de ses pensées profondes, exprimées en d'autres occasions, à savoir : "Hi hi hi'.

.

mercredi 11 mai 2011

Message Perso à "Arkadia"

Comment vous dire cela poliment?  Même si je suis une grande naïve, j'ai une sainte horreur de me faire manipuler. Quand je vous annonçais il y 10 minutes que je réfléchissais à un article sur Fidéi, c'était suite à la lecture de
http://lexpansion.lexpress.fr/economie/votre-faillite-les-interesse_17746.html

Inutile de vous préciser que c'est un modèle de Business auquel je n'adhère pas. Je pense en particulier aux salariés et fournisseurs de la galaxie Global Technologies Services, qui sont suffisamment inquiets sur le devenir du Groupe pour qu'on n'aide pas à l'enfoncer un peu plus, si quelque chose peut être sauvé.

Et en creusant, je découvre que vous avez été DG de Toutabo.  (ancienne participation de Loyaltouch dont au passage je n'ai pas suivi le sort). Et que si l'AMF vous a innocenté dans l'affaire Perfect Technologies/locatel, vous n'en n'aviez pas moins fait preuve de la même conception de la vérité que celle que vous reprochez aujourd'hui au dirigeant de la société à laquelle vous me suggérez de m'interesser.

Du coup, j'ai du mal à comprendre ce qui vous motive : enfoncer Safetic?  Ils le font bien assez tous seuls, avec l'aide d'un certain "cabronne" sur le forum Bourso. Détourner l'attention de Serrib ou d'autres filiales? Relire le second paragraphe.

Bref, merci donc d'éviter ce genre de provoc, cela a le don de m'agacer profondément.

.

Les comptes 2009 de la Financière Quesa ont été déposés

.
.
Rappel : la Financière Quesa (comme QUErou-SAgazan), qui avait servi initialement de support à des opérations entre les deux ex-dirigeants de Loyal-Touch, est désormais une holding appartenant aux seuls époux Quérou, et dont l'objet affiché est la détention des titres du couple.

Sa gérante, Jeanne-Catherine POSSIDONI (épouse Querou), a déposé fin mars les comptes....2009. Pourquoi pas   les comptes 2010?

Cette SA au capital de 300 euros présente un bilan globalement équilibré :
- à l'actif, 7,5 M€ de participations, un peu de trésorerie pour 460 K€, quelques créances clients et avances sur commandes pour 280 K€,
- et au passif, 7,6  M€  d'emprunts et dettes financières divers (auprès des actionnaires?), 200 K€ de résultat, et quelques dettes d'exploitation pour 400 K€.

Que recouvre le poste "participations", qui était nul l'année précédente?
Selon la gérante, la seule opération déclarée est l'acquisition des titres Loyaltouch (appartenant aux époux?)  Sachant qu'à la date de l'AG en mai 2010, un apport des titres SCF détenus par le couple était en cours de réalisation.

JFG, l'éphémère et officieux DG de Loyaltouch, avait signalé dans un document non publié que la Financière Quesa aurait racheté le 15 décembre 2009 la société ATI, co-actionnaire de Waaw avec la société ID Europe Belgium.  Madame Querou-Possidoni. n'en parle pas.  Qui se trompe?

On note juste dans les comptes une opération de cession de participation pour un montant faible, à hauteur de 130 K€.  Ainsi que la cession de la voiture de luxe (ne me demandez pas la marque, entre les porsches, maserati et autres, le sujet ne me passionne pas, et je m' y perd un peu).

Le plus étonnant quand même, c'est que la holding ait fait 605 K€ de chiffres d'affaires. Pour une holding qui détient des participations familiales, on voit mal à quoi cela pourrait correspondre. (Habituellement, lorsque des holdings financières font du  CA, c'est qu'elles font payer des redevances à leurs filiales, en contrepartie d'une aide à la gestion. Or là, cela ne peut clairement pas être le cas).

Bon sinon, à quoi ça rime cette publication des seuls comptes 2009, alors que la participation dans LT ne vaut plus rien?     Message subliminal pour faire croire que le couple Querou est toujours en France? Optimisation fiscale? ???

Je suppose que pour les comptes 2010, il faudra attendre la fin de l'enquête de la Brigade Financière....
.

Médiatiser les procès ? Interview de Olivier Pardo sur France 5

.
.
Dimanche 8 mai, sur "Médias-Le mag", sujet sur le travail des chroniqueurs judiciaires. Le reportage mentionne l'impossibilité de filmer les débats lors des procès, et la dérive possible qu'il y a à mettre en avant les interventions filmées des avocats, qui sont les rares témoignages "directs" ou facilement médiatisables en images des affaires en cours. Avec à la clé, le risque de donner trop d'importance à la parole aux avocats des parties, et de se faire manipuler en présentant des reportages orientés.

Le journaliste recueille plusieurs avis à ce sujet : les médias ne se laissent-ils pas trop influencer par ces mêmes avocats?

Interview de O. Pardo, venu défendre Imhad Lahoud dans l'affaire Clearstream :

- OP : C'est pas mon métier, la stratégie médiatique, il y a des gens qui sont faits pour ça. Tout ce que je sais, c'est qu'à un moment donné il y a un choix clair : ou on parle aux médias, ou on ne parle pas aux médias.

- Par rapport aux journalistes : vous les cajolez, vous avez des rapports de proximité, ou vous...

- Non, c'est chacun son métier....

(A ce moment, I. Lahoud est encerclé par une armée de micros et de caméras : voyant cela, O. Pardo abandonne l'interview et va se placer devant son client pour rompre les questions et l'aider à se dégager).

Cela a le mérite de la clarté. Avec le minimum syndical assuré en termes de communication.






Source : http://www.france5.fr/medias-le-magazine/index.php?page=article&numsite=4061&id_rubrique=4094&id_article=12110 

vendredi 6 mai 2011

"A bas les analystes négatifs"

.
.
Théolia, ou comment des actionnaires demandent à Boursorama de censurer une analyse recommandant de vendre l'action.
 


Hier matin, Genesta a fait paraitre une analyse détaillée sur la société Théolia, indiquant en conclusion qu'ils estimaient la fair value de l'action à 1 euro, soit une décote de 27% par rapport à son cours de la veille. Et que part conséquent, leur recommandation s'établissait à "vendre fort".

Cette analyse a été relayée sur Boursorama.

Fureur de certains des actionnaires se manifestant sur le forum. Qui pour la plupart n'ont lu que l'introduction, sans prendre le temps d'analyser les 26 pages suivantes d'arguments avancés par l'analyste, Nicolas David. La valorisation qu'il annonce de 1 euro correspond au plus bas depuis un an. Tout en sachant que l'action a fait l'objet d'une forte flambée spéculative, dont l'initiative a été lancée fin février, alors que l'action cotait 1.15-1.20, et qui s'est concrétisée après la catastrophe de Fukushima, le cours étant par la suite monté à 1,60.


Et donc, sur le forum Bourso, les actionnaires multiplient :

- les insultes (analystes incapables, manipulateurs, auteurs de campagne de dénigrement,etc..). On accuse même Genesta de mentir sur les chiffres d'Affaires des années passés, alors que les chiffres annoncés correspondent aux derniers connus, après corrections et retraitement publiés par Théolia dans ses derniers comptes annuels.

- les attaques personnelles (analyste qui serait mal habillé, trop jeune ; ceux qui s'opposent aux insultes seraient l'analyste lui-même caché sous un pseudo, ou sa "copine")

- les appels à la délation auprès de la société, de l'AMF

- et des suggestions pour aller insulter l'analyste en direct, mail et téléphone à l'appui.

En parallèle, plusieurs messages dénoncent Boursorama qui a publié cette analyse. Il est suggéré aux clients de faire pression auprès d'elle pour qu'elle supprime l'analyse.

A 19 heures, plus aucune analyse sur la société n'est disponible. Le texte ne réapparaitra que vers 20H30.

Il est remarquable de voir que des actionnaires s'opposent à la parution d'une analyse, sans jamais contester les chiffres annoncés. Le seul argument qui avait du sens hier sur ce forum tenait à la confusion des rôles entre analystes, listing sponsor et autres animateurs de cours, qui faisait que l'analyse des petites sociétés était suspecte du fait de la dépendance financière de ces cabinets vis-à-vis de leurs clients. L'argument est imparable, et ce ne sont pas les actionnaires de Loyaltouch qui diront le contraire. Sauf que, petit bémol, la société analysée n'est pas client de Genesta. Qu'on peut donc tout au plus accuser de publier des analyses négatives afin d'équilibrer son portefeuille de recommandations.

Mais que des actionnaires demandent la censure d'analyses gratuites, relève d'un niveau de bêtise incommensurable. Car si à court terme chacun pourra tenter de sauver sa mise en revendant son titre à d'autres moins avertis, et que la stratégie individuelle est compréhensible, sur le plan collectif cela devient neutre si cette censure s'applique à toutes les analyses négatives : car chaque vendeur de Théolia sera en mesure d'aller acheter une autre pépite dont les perspectives sont toutes aussi négatives, mais dont les analyses auront elles aussi été censurées. Exactement la politique que la Gaapp a mené sur Loyaltouch. Sauf que ici elle est revendiquée à titre individuel par des actionnaires.

Joli jeu de Dupes!  Et cachez donc ces vérités que je ne saurais voir. 

mercredi 4 mai 2011

Des nouvelles des ex : LJ pour GT Partners, Reprise pour MCA

Appris aujourd'hui la LJ de
GLOBAL TECHNOLOGIES PARTNERS
RCS Nanterre B 399 315 514
Activité Commerce de gros (commerce interentreprises) d'ordinateurs, d'équipements informatiques périphériques et de logiciels
4651Z
Siège social 18B Rue de Villiers-
92300 LEVALLOIS PERRET
Forme juridique société par actions simplifiée
 Capital social 50.000,00 EURO
Immatriculation 21-12-1994
Nationalité France

Décision de justice (2)
Depuis le 28-04-2011 Liquidation judiciaire
Liquidateur: SCP OUIZILLE-DE KEATING MISSION CONDUITE PAR ME CHRISTIAN HA
51 Avenue du Marechal Joffre
92000 NANTERRE

Dirigeants (1) Président M. MILLET Matthieu (20.11.1978).

Pour les amateurs d'organigrammes, Global Technologies Partners,  s'appelait jusqu'en décembre 2008 "ITSS", et était présidée par J. De la Villardière, avant un clash à la même date avec son actionnaire Global Technologies. Toujours à la même date, la société a été rebaptisée "Global Technologies Services", pour rechanger de nom en octobre 2009.

A ne pas confondre donc avec "Global Technologies Services", actuellement en RJ,  créée le 1er janvier 2000, immatriculée à Coutances B 339 668 709, et qui oeuvre on pas dans le commerce, mais dans la réparation d'ordinateurs.

Simple comme bonjour, non?

Côté MCA technology, qui a la même activité de négoce, c'est retour à la case départ, ou presque : rachat de la société par ses deux actionnaires historiques,  démission de L. Koskas, coup d'accordéon pour apurer le capital suite à une décision du TC de Nanterre.  Le capital était devenu fortement négatif suite  au mali de fusion de 3 M€ enregistré lors de l'absorption par Newschips.  Le paiement de l'acquisition semble avoir été fait par constation de créances au profit de Dov Ayache et Christophe Astruc, les détenteurs initiaux qui reprennent donc entièrement le contrôle de la société.  Le montant de ces créances en compte-courant était de 4,2 M€.
On peut supposer qu'en contre-partie, ils ne sont plus actionnaires de SCF.  Le montant des gains ou pertes réalisés par les dirigeants est inconnu, en l'absence de détail sur la formation de ces 4,2 M€ de créances (Dans un post du 1er avril 2010, le montant de la cession avait été estimé à 5 M€). La société n'a pas trop souffert de l'épisode Loyal Touch, puisque son résultat net pour l'année est de 459 K€, à comparer aux 200 K€ de l'an dernier .  Mais globalement, ils s'en sortent plutôt bien, en ayant récupéré entre autres Newchips au passage, et en ayant réussi à se sortit du guêpier SCF.

Pour la petite histoire, les actionnaires ont refusé de se prononcer sur les conventions conclues avec Global Technologies SA, et donc sur l'acquisition du fonds de commerce qui avait cédé à MCA pour 700 K€.

mercredi 27 avril 2011

Censure : rions un peu avec Critical

Découvert ce savoureux message de Critical sur le forum Netgem  :



Pour ceux qui n'auraient pas de zoom  :  Critical demande qui a censuré l'une de ses files, puis enchaine :

"Mon cher ichauvea, je me bats depuis
04/02/2010 à 00:35

des mois pour contrer ce genre de chose.

J'en suis à ma deuxième plainte auprès de l'AMF. Plaintes directes auprès de son Secrétaire Général.

La première a déclenché une enquête qui a abouti en 3 semaines. Record absolu largement explosé!

Il faut dire que mes informateurs avaient largement mâché le boulot de ses enquêteurs.

La deuxième a tellement été prise au sérieux que le jour même de la réception de cette plainte (envoyée par la poste au nom de notre association), le lancement de l'enquête a largement fuité.

Ce monde de requins malhonnêtes qui profitent des lacunes législatives en matière boursière se donne à fond pour gruger les petits porteurs.

 Il est temps d'y mettre le holà. Cela fait partie de notre mission. "

 Critical lutterait contre la censure?

Hi hi hi!  Ha ha!  HA HA HA , 

HA HA HA HA HA 
  




vendredi 1 avril 2011

Démenti : le Groupe GTS est en RJ, pas en LJ

Je me suis faite avoir comme une bleue, en ne vérifiant pas une information donnée en commentaire sur ce blog, concernant les procédures collectives en cours pour le Groupe GTS.  Rectifions donc :

les sociétés Id-Shopping, Global Technologie Services et ID Shopping font l'objet d'une procédure de redressement judiciaire, et non de liquidation.

Voici les extraits correspondants, mis à jour sur Infogreffe :

"GLOBAL TECHNOLOGIES SERVICES
339 668 709 R.C.S. COUTANCES
Adresse : 21 AVENUE DE LA PIERRE VALLEE 50220 POILLEY
Activité (libellé code NAF) : Réparation de produits électroniques grand public

Le Greffier du Tribunal de Commerce de COUTANCES certifie que les recherches faites concernant les procédures et déclarations ci-après :

- règlement judiciaire et liquidation des biens
- déclaration de cessation des paiements (procédures ouvertes avant le 1er janvier 2006)
- redressement ou liquidation judiciaire

- procédure de sauvegarde

concernant l'entreprise ci-dessus ont donné pour résultat :

Etat actuel de la procédure :

Redressement judiciaire régime général prononcé le 01/03/2011 paru au bodacc le 15/03/2011.
Date de cessation des paiements : 16/02/2011.
Complément d'informations : période d'observation de six mois, soit jusqu'au 1er septembre 2011 avec rappel le 26 juillet 2011 à 14 h 00 01/03/2011. et rappel de gestion le 26 avril 2011 à 14 h 00. délai supplémentaire d'un mois accordé au commissaire priseur pour déposer son pv d'inventaire 22/03/2011.
Avis au BODACC du jugement d'ouverture paru le 15/03/2011.

Document délivré le 01 avril 2011

GTS HOLDING
519 815 088 R.C.S. COUTANCES

Adresse : 21 AVENUE DE LA PIERRE VALLEE 50220 POILLEY
Activité (libellé code NAF) : Activités des sociétés holding Imprimer

Le Greffier du Tribunal de Commerce de COUTANCES certifie que les recherches faites concernant les procédures et déclarations ci-après :

- règlement judiciaire et liquidation des biens
- déclaration de cessation des paiements (procédures ouvertes avant le 1er janvier 2006)
- redressement ou liquidation judiciaire

- procédure de sauvegarde

concernant l'entreprise ci-dessus ont donné pour résultat :

Etat actuel de la procédure :

Redressement judiciaire régime général prononcé le 01/03/2011 paru au bodacc le 15/03/2011.
Date de cessation des paiements : 15/02/2011.
Complément d'informations : periode d'observation de six mois, soit jusqu'au 1er septembre 2011 avec rappel le 26 juillet 2011 à 14 h 00 01/03/2011. rappel de gestion le mardi 26 avril 2011 à 14 h 00.
Avis au BODACC du jugement d'ouverture paru le 15/03/2011.

Document délivré le 01 avril 2011

IDSHOPPING (SAS)
484 277 330 non inscrit au R.C.S. COUTANCES

Adresse : 17 RUE DE NEUILLY 92110 CLICHY
Activité (libellé code NAF) : Imprimer

Le Greffier du Tribunal de Commerce de COUTANCES certifie que les recherches faites concernant les procédures et déclarations ci-après :

- règlement judiciaire et liquidation des biens
- déclaration de cessation des paiements (procédures ouvertes avant le 1er janvier 2006)
- redressement ou liquidation judiciaire

- procédure de sauvegarde

concernant l'entreprise ci-dessus ont donné pour résultat :

Etat actuel de la procédure :

Redressement judiciaire régime général prononcé le 01/03/2011 paru au bodacc le 15/03/2011.
Date de cessation des paiements : 15/02/2011.
Complément d'informations : periode d'observation de six mois soit jusqu'au 1er septembre 2011 01/03/2011. avec rappels de l'affaire le 26 juillet 2011 à 14 h 00 et le 26 avril 2011 à 14 h 00.
Avis au BODACC du jugement d'ouverture paru le 15/03/2011.

Document délivré le 01 avril 2011

Ces informations sont à jour à la date du 31/03/2011

ORGANES DE LA PROCEDURE

Juge commissaire M. Jacques LEROY
Juge commissaire suppléant M. Claude BELLEE


Administrateurs judiciaires SELARL AJIRE représentée par Me Michel ROBERT
14000 CAEN 149 rue de la Délivrande
SELARL FHB, représentée par Maître Emmanuel HESS
27930 GUICHAINVILLE 80 rue Nungesser et coli


Mandataire judiciaire Maître LEMEE
61008 ALENCON Cedex 39 Avenue de Quakenbr ck"



 

jeudi 31 mars 2011

Le GAAPP fait de la retape pour Maître Brosseau...qui de son côté ne s'embarrasse pas de déontologie avec ses confrères.

!
Marrant, mais cela en a fait rire certains jaune.  Le dernier délai pour rejoindre l'action initiée par le Gaapp au tarif d'honoraires fixé est passé, puisque à l'occasion de la dernière assignation en référé, tout nouvel entrant implique de nouvelles procédures, ayant forcément un coût.

Mais le Gaapp s'est procuré la liste des personnes interessées par l'action Ten-France (via quelques faux nez qui, malgré les conseils, s'entêtent à vouloir mener les deux procédures -Brosseau et Ten-France- en même temps, malgré les risques et leur engagement auprès de Me Saubolle de ne pas le faire).

Et donc, Maître Brosseau a consenti à ce que de nouveaux adhérents rejoignent le mouvement sans majoration d'honoraires. D"où le mail de retape qu'ont reçu les adhérents à la procédure Ten-France....

Même s'il est interdit aux avocats de démarcher le client, la morale est sauve puisque l'appel provient du Gaapp. La où la morale est moins sauve, c'est lorsqu'on découvre, dans le mail de retape, l'hallucinant compte-rendu d'audience écrite par Maître Brosseau.  Si je n'avais pas personnellement assisté à cette audience, dont mon compte-rendu figure ici, je l'aurais cru, et n'aurais tiqué que sur sa façon de décrire ses "fébriles" confrères.

Petite explication du texte de Maître Brosseau, donc, pour les absents :

Action collective LOYALTOUCH - NEWSLETTER n°2
28 mars 2011
__
Mesdames, Messieurs,
J’ai plaisir à revenir vers vous par le truchement de cette seconde newsletter.
Nous nous étions engagés, Jean‐François Goulon et moi‐même, à agir énergiquement pour engager une procédure groupée à l’encontre des responsables institutionnels du scandale LOYALTOUCH. Et c’est chose faite !
Engagé pour engagé, tout va bien!

Notre procédure regroupe désormais 220 petits porteurs et cinq fonds d’investissement, totalisant un préjudice subi de près de 24 millions d’euros.

Super!  Et malgré cela, le Gaapp éprouve le besoin de faire de la retape auprès de gens qui n'ont jamais demandé à avoir leur adresse mail dans les fichiers du même Gaapp?

Au nom de chacun d’entre vous, j’ai assigné les commissaires aux comptes de la société, le cabinet MAZARS, le listing sponsor EUROLAND FINANCE, ainsi que le gestionnaire d’Alternext, NYSE Euronext.
 Une conférence de presse a été tenue à Paris, en présence d’un certain nombre d’entre vous.
Une première audience s’est tenue vendredi 25 mars dernier par‐devant le juge des référés du Tribunal de Grande Instance de Paris, qui a accordé à nos adversaires, qui étaient tous représentés par leurs avocats, un délai de six semaines pour nous adresser leurs pièces justificatives et moyens de défense.
Ben non! Pas Euroland! Son avocat était absent. Quand au délai demandé par les avocats, sa principale justification était que Maître Brosseau leur avait adressé un "pavé" dont ils n'avaient pas eu le temps de prendre connaissance. Quand à adresser leurs "pièce justificatives et moyens de défense", j'ai cru sentir comme un flottement sur le sujet.  Disons qu'ils ont promis d'envoyer leurs conclusions au juge. Mais l'un d'entre eux a nettement refusé de s'engager sur le contenu de ce qu'il communiquerait à Maître Brosseau.

 La procédure est donc en route, et nos adversaires ont montré de multiples signes de fébrilité.
Alors là, ce n'est ni fair-play, ni exact. Et d'une, les "adversaires" n'étaient pas là, à l'exception d'un représentant d'Euroland Finance. Quand aux avocats présents, je dois manquer de subtilité, mais à aucun moment je n'ai trouvé qu'ils aient manqué d'habitude professionnelle, en montrant le moindre signe de "fébrilité"qui n'avait aucune raison d'être. Car enfin, c'est leur métier, non?  Tout juste pourrait-on relever que le représentant d'Euroland Finances regrettait l'absence de son avocat, et a tenté de prendre note de l'adresse mail du juge pour savoir où lui envoyer les documents de conclusion.


Notre demande en désignation d’experts les gène très sérieusement en effet, puisqu’ils vont tous devoir se justifier du bon accomplissement de leurs obligations respectives.

Ouh, là! Il s'engage vraiment, Maitre Brosseau. Rappelons que le but de ce référé était d'obtenir la désignation d'un expert.  Donc les conclusions de certains des avocats, et notamment Euronext,  risquent plus de viser à démontrer que la désignation d'un expert n'a pas lieu d'être parce qu'ils ne sont pas concernés.D'ailleurs, le Juge a clairement précisé qu'à ce stade de référé, il n'était nullement question d'établir pour elle la moindre faute.  Et sur un ton qui aurait rendu fébrile le moindre enfant ainsi morigéné.

Le Juge a tenu à ce que ces justifications – ou leur absence – lui soient adressées dès avant les opérations d’expertise, de telle sorte que – comme c’est trop souvent le cas – les experts ne passent pas leur temps à réclamer les pièces utiles, mais se consacrent à l’examen des responsabilités des uns et des autres.
Mais non!  Madame le Juge a clairement demandé à ce que les arguments ou moyens développés par la défense ainsi que les conclusions lui soient adressés au préalable. Le terme "justifications" n'a jamais été employé! Et l'un des buts de cette demande, outre de prendre connaissance du dossier, était de réduire le temps des débats, et plus prosaïquement, de pouvoir, pour le Juge, faire des copier-coller si elle devait reprendre les arguments des uns ou des autres, histoire de ne pas mobiliser un secrétaire pour rien.

Et puis, ce n'est pas aller un peu vite en besogne que de penser que les experts vont "examiner les responsabilités des uns et des autres" alors qu'ils n'ont même pas été désignés?  Car enfin, même si je ne suis pas juriste, l'action attendue de ce référé est justement de savoir si un expert doit être nommé ou non! 

Nous ne pouvons qu’approuver cette mesure, facteur de réduction des temps d’expertise, et donc des coûts.
Le bras de fer qui s’est engagé se présente donc dans les termes suivants :
Nous avons, de notre côté, mis en évidence les multiples manquements professionnels ou réglementaires commis par les uns et les autres, et démontré que la gestion exécrable et délictuelle des fonds que vous aviez confiés à l’émetteur, n’aurait pu intervenir si les mécanismes de surveillance prudentielle prévus par la Loi avaient été suivis correctement.

Toujours pour les absents : en réalité, Maître Brosseau a, dans des documents écrits, tenté de démontrer que des manquements des uns et des autres avaient participé aux pertes des actionnaires. Mais en aucun cas il n'a eu le loisir de plaider quoi que ce soit. Quand à parler de "fonds confiés à l'émetteur" pour un investisement en actions, c'est une façon assez novatrice de voir les choses.

Les fautes existent à tous les étages : CAC, Listing Sponsor ou autorité de surveillance d’Alternext, MAZARS ayant concouru, volontairement ou non, à la désinformation de la Place.
Bon, j'ai bien une opinion là-dessus, en fonction du rôle des uns et des autres. Mais c'est curieux de lire cela sous la plume d'un avocat, alors même que le Juge a précisé qu'il était prématuré, à ce stade, qu'elle conclue à la faute.  Au fait, dans la liste, il a oublié Boursorama et le Gaapp! Car en matière de désinformation, le Gaapp s'est quand même posé en n°2, dans cette affaire, tout de suite après les dirigeants!  
 
Nos adversaires, de leur côté, vont s’efforcer de justifier qu’ils ont correctement fait leur travail et assumé leurs missions respectives, ce que le Juge leur a d’emblée demandé de justifier par des preuves, et non par des discours.

Elle a dit cela, Madame le Juge? Bon sang, je dois être dure d'oreille!

Cette approche est particulièrement rassurante, et la balle – et la pression – sont désormais dans le camp de nos adversaires. 
Ces derniers nous pressent d’engager également la responsabilité des intermédiaires financiers, banquiers conseils, sites de bourse en ligne ou gérants de portefeuilles.

Alors, là, c'est un scoop! Les "adversaires" se seraient défendus (alors même qu'on ne sait pas s'ils vont reconnaitre la moindre responsabilité dans cette affaire) en demandant à Maitre Brosseau de refiler la patate chaude aux IF?   Je regrette de n'avoir pas assisté aux conversations téléphoniques dans ce sens.  Mais clairement, cela ne me semble pas très crédible. 

Comme annoncé, je vais désormais pouvoir engager l’analyse des cas de figure qui se présentent, chaque situation étant particulière, y compris à l’égard d’un même PSI.
Bon, finalement, elle n'était pas si mauvaise que cela, l'idée de Salimar de demander une médiation avec les IF?  Merci Salimar ;)

Une action massive se profile à l’égard de nombreux sites de bourse en ligne, dont les caractéristiques techniques ne correspondent pas à l’état de la réglementation, de même que les banques conseil et sociétés de gestion ne me semblent pas, dans la plupart des cas, avoir satisfait à leurs propres obligations.
Ce débat, concernant la distribution et l’accès aux produits financiers, est très différent de celui qui est déjà engagé, placé au niveau de leur émission, de leur suivi et de leur contrôle. Pour autant, ils peuvent être menés concomitamment. A cette fin, nous vous proposerons d’agir dans les prochaines semaines.

Bon. L'action est déjà largement entamée, puisque plusieurs IF ont revu à cette occasion l'adéquation de leurs procédures de passage d'ordre avec la MIF. Par contre, l'idée est-elle d'avoir un débat public ou bien une médiation visant à indemniser partiellement les actionnaires concernés?  On se souvient que Goulon, dans sa soif de pouvoir, a écrit qu'il voulait faire interdire le passage d'ordres boursiers sur les marchés négociés pour les petits porteurs. Mais outre que cela ne changera rien au sort actuels des actionnaires de Loyaltouch, est-il certain que la totalité des actionnaires français doivent y renoncer sous prétexte que Monsieur Goulon s'est fait avoir?


Nous ne manquerons pas, par ailleurs, de vous tenir informés de l’évolution des échanges judiciaires devant le TGI de Paris, au fur et à mesure que les événements de succèderont, jusqu’à l’audience fixée pour le 13 mai prochain.

CHOUETTE!  Maître Brosseau va diffuser le contenu des conclusions de chacune des parties? (Car pour le reste, c'est simple : chaque partie va envoyer ses conclusions à Madame le Juge aux alentours du 10 ou 11 mai).  N'oubliez pas de me mettre en copie, alors! J'adorerais avoir accès à ce contenu. Mais pour commencer, pourquoi ne pas adresser aux actionnaires le contenu des arguments développés par Maitre Brosseau? Car je suis prête à parier mon billet que la majorité d'entre eux n'a pas eu accès à ces documents.  ME TROMPE-JE, Goulon?

Je tiens enfin à saluer l’extraordinaire travail accompli par Jean‐François Goulon, avec qui je travaille tous les jours, et sans la détermination de qui il aurait été impossible d’être efficace.

Extraordinaire en effet. Il n'y a pas d'autre mot.

En vous adressant mes salutations les plus dévouées, je tiens aussi à vous donner l‘assurance de ma détermination à obtenir la réparation que vous êtes en droit d’attendre.


Hervé Brosseau
Avocat à la Cour
Gérard MICHEL – Hervé BROSSEAU &Associés

Je souhaite bien du courage aux actionnaires ayant choisi de recourir à la procédure Gaapp/Brosseau!

.

mardi 29 mars 2011

On a oublié de mettre Louis Petiet au courant!

Les dernières cartes du chateau n'en finissent pas de s'effondrer : série de RJ sur GTS, GTS Holding, Id-Shopping, etc..

Du côté de la société soeur, Id Future, ex Proxitec, qui devait accueillir le Groupe LT sur le compartiment C, et qui a très oppotunément réduit son capital l'an dernier,  (Merci Jeff!) la LJ qui couvait depuis la désertion des dirigeants a été rendue officielle la semaine dernière.

Du coup, lorsque Heuliez Concord Capital publie un PV d'AGE, j'ai tendance à foncer dessus pour tenter d'avoir le fin mot de l'histoire : Loyaltouch était-il, ou non, rentré à son capital?  Car on se souvient que en décembre 2009, Loyaltouch avait fait un communiqué glorieux sur le sujet, entrée au capital en échange d'une vente de logiciel pour 12 M€, pour démentir en mai 2010 : "l'affaire ne s'est pas faite".

Hélas.... chou blanc! On a juste confirmation que Loyaltouch était enregistrée dans les actionnaires au 15 décembre 2010. Pensez-vous que le liquidateur ait été convoqué?  Au cas où il souhaite faire le point sur les créances et participations de feu la paîpite?   Ben, non, c'est béta.... Personne n'a pensé à informer Louis Petiet, ni Jacques Lorin qu'il a désigné comme PDG officiel.  Pour tout dire, Heuliez Concord Capital ne semble même pas connaitre le dernier nom de Loyaltouch.

 Et oui... "Boite non identifiable".  En n'utilisant ni le bon nom, ni la bonne adresse, il faut dire qu'il y avait peu de chances....  Le liquidateur de LT aura ainsi raté le fait que le nouveau siège social de HCC est désormais :
ZI du Roussillon
44650 Lèges 

Bon, on apprend juste que LT est bien actionnaire, puisque convoquée. Mais pour quel pourcentage?  Moins de 50%, c'est tout ce qu'on peut en déduire. Dans l'ancienne version des statuts, l'article  7 donnait la composition du capital social au 27 novembre 2009. Hélas.... dans la dernière version modifiée, cette liste a sauté.   Dans les derniers comptes 2009, peut-être?

Re-hélas. Le tableau des actionnaires a été remplacé par un tableau reprenant la "composition du capital social". Qui nous apprend que la seule catégorie de titres est composé d'actions.  1.000 actions exactement.

Et au 31 décembre 2009, aucune trace de créances ou de dettes vis-à-vis de Loyaltouch. Espérons que Heuliez Concord Capital, dont la "maison-mère", Heuliez Concord, est en RJ, ainsi que plusieurs de ses filiales clientes (OPR, Walors Aerospace, Spiral Concord)  tiendra encore assez longtemps pour faire paraitre ses comptes 2010 et éclaircir le mystère de la participation de Loyaltouch.


Mais il faut dire que cela n'est pas gagné. Car à fin 2009, cette société avait une dette de 3 M€ d'euros de loyers de leasing (pour un total de bilan de 4 M€ ) qu'elle se disait incapable de payer, n'ayant pas trouvé de refinancement bancaire. Elle appelait de tous voeux à une renégociation  avec son fournisseur. Plus exactement,
 "..un accord de refinancement doit être trouvé avec notre fournisseur. Si nous considérons ce fait comme acquis, la société retrouvera alors une stabilité financière lui permettant d'envisager l'avenir avec sérénité". 
Ce qui n'a empêché la Commissaire aux Comptes de trouver approprié le principe comptable de continuité de l'exploitation, même si par ailleurs, elle n'était "pas en mesure de confirmer la pérennité de l'entreprise". Heureusement que HCC est une SAS non cotée. Il y aurait eu encore des actionnaires pour croire que tout allait bien à la lecture de ce rapport certifié.  

Bon, revenons à notre sujet de départ : qui se dévoue pour prévenir Heuliez Concord Capital que Loyaltouch est en LJ, et que l'interlocuteur ad hoc est désormais le liquidateur judiciaire? 




samedi 26 mars 2011

vendredi 25 mars 2011

Compte-rendu de l'Audience en référé de ce jour - action Gaapp

Aujourd'hui avait lieu une audience publique en référé, suite aux assignations lancées par Maître Brosseau contre les Commissaires aux Comptes (F. Burband et J-P. Martin), le cabinet Mazars, Euronext et Eurloand Finance.  Assignations s'incrivant dans le cadre des actions menées conjointement par les actionnaires ayant rejoint le Gaapp, ainsi que 4 fonds.

Peu de choses à en dire, puisque les avocats de la défense ont tous demandé un délai, le temps d'analyser un pavé qui a leur a été communiqué récemment.  Une prochaine audience est donc prévue le 13 mai, au cours de laquelle les avocats des parties auront chacun une vingtaine de minutes pour faire part de leurs conclusions.

Au titre des détails, on notera que l'avocate de Euronext s'est montrée bonne princesse, en acceptant le dossier bien qu'une confusion ait été faite quand au destinataire de l'assignation (confusion entre Euronext et Euronext NV).

Pour le reste, la juge s'est dite surprise qu'on ait pu lui demander,  à cette étape de référé, de statuer sur le fond, et notamment de juger qu'une faute était établie, et de conclure au lien de causalité entre cette faute et le montant du préjudice des actionnaires.

Bref, pour le coup d'éclat médiatique attendu, il va falloir patienter encore.

Le tuyau du jour, quand même, pour les avocats en herbe : si un jour une juge vous renvoie à une ordonnance qu'elle s'est donné la peine de prendre, quel qu'en soit le contenu, évitez-donc de lui dire que vous ne l'avez pas lue. Car elle pourrait s'en trouver agacée....

___________________________ 

Nota : du côté de l'action Ten-France, tous les actionnaires ont désormais reçu leur dossier, et doivent renvoyer les pièces demandées à Maitre Saubole.