How to catch a shareholder

How to catch a shareholder
Pour faire le portait d'un oiseau...... (copyright Marie-Claire Ralph)

vendredi 8 novembre 2013

Querou n'assume pas ses responsabilités : parti sans laisser d'adresse

.
Elles sont contentes, les autorités françaises qui souhaitaient envoyer à Querou des pièces officielles dans le cadre de l'affaire Loyaltouch : celui-ci, après avoir proclamé sa transparence sur différents sites internet, a quitté son dernier domicile connu sans laisser d'adresse.  Plus aucune procédure par contumace n'étant autorisée depuis 2004 en France, voilà qui risque fort de mettre ce "Monsieur" à l'abri de poursuites. Pas trouvé, pas condamné.

Et il se permet de crier à son innocence et à sa transparence ? On le salue bien bas pour son courage.

PS : j'ai bien trouvé une supposée adresse sur Pacific avenue à Marina del Rey (mais sans numéro) et un numéro de boite postale à Los Angeles. Hélas, je crains fort que cela ne compte pour du beurre dans la transmission de courriers officiels.....
.

10 commentaires:

  1. c'est fou, en tout cas pour l'instant plus de nouvelle de notre avocat

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Quelles sont les dernières nouvelles que vous avez eu de votre avocat?
      Cordialement

      Supprimer
    2. Si la question s'adresse à moi, je n'avais pas de raison de prendre un avocat.

      Supprimer
  2. Bonjour
    Quelqu'un a t il été remboursé par binck grâce a ten France ?
    Merci

    RépondreSupprimer
  3. Les transactions avec les brokers se sont faites avec un engagement de clause de confidentialité. Ces données ne sont donc pas disponibles. Tout au plus peut-on se référer au dernier compte-rendu annuel du médiateur de l'AMF pour savoir comment sont, de façon générale, traités ce type de cas.

    RépondreSupprimer
  4. Premier commentaire de la commission des sanctions de l'AMF

    http://blog.labrador.fr/le-cas-loyaltouch-fausse-information-liquidation-radiation/

    RépondreSupprimer
  5. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé une amende d'un million d'euros à un ancien dirigeant de société cotée qui a diffusé des informations inexactes sur la situation de son entreprise en difficultés et profité de ces cachoteries pour vendre des titres.

    Cette décision, publiée mercredi, a été prise le 16 juillet par la Commission des sanctions, la seule habilitée à sévir au sein du gendarme boursier.

    Ancien dirigeant d'une société cotée spécialisée dans des outils de fidélisation clientèle, Christian Quérou s'est vu reprocher des manquements "multiples", ayant notamment "trait à la communication d'informations inexactes et trompeuses" et "à l'utilisation d’une information privilégiée".

    RépondreSupprimer
  6. Loyaltouch : Christian Quérou sanctionné de 1 Million d'Euros par l'AM


    (Boursier.com) — Radiée de la Bourse de Paris en décembre 2010, suite à sa liquidation judiciaire le 11 octobre 2010, prononcée par le tribunal de commerce de Nanterre, la société Loyaltouch, continue à faire parler d'elle... L'Autorité des Marchés Financiers (AMF) et plus précisément sa Commission des sanctions, a en effet prononcé, à l'encontre de M. Christian Quérou, l'ancien patron de la société, une sanction de 1 Million d'Euros !

    Loyaltouch se voit, pour sa part, sanctionnée de 100.000 Euros. L'AMF explique tenir compte, dans le prononcé de la sanction, du fait que cette société est en liquidation judiciaire, vouée d'après les informations communiquées par le liquidateur à une clôture pour insuffisance d'actif sans réparation au profit des créanciers.

    L'AMF inflige aussi une sanction de même somme, 100.000 Euros, à l'encontre de la société Strategic Corporate Finance. Enfin, le président du directoire, écope de 50.000 Euros d'amendes. Les sanctions ont été prononcées le 16 juillet dernier et rendues publiques aujourd'hui, 23 juillet.

    Christian Quérou a quitté la France

    Justifiant la très lourde sanction, de 1 ME à l'encontre de Christian Quérou, l'AMF écrit que les manquements commis "sont multiples" et "ont trait à la communication d'informations inexactes et trompeuses, à l'utilisation d'une information privilégiée et au défaut de déclaration des transactions réalisées par la société SCF sur le titre Loyaltouch".

    "Christian Quérou a pris une part active dans l'ensemble des opérations ayant fait l'objet d'une communication trompeuse", ajoute le gendarme boursier, qui note aussi qu'il a quitté la France pour les Etats-Unis et a tenté de se soustraire à toute poursuite.

    L'AMF a constaté en outre que les fait reprochés ont gravement porté atteinte à la protection des investisseurs et au bon fonctionnement du marché, "en raison de la surévaluation importante des données financières communiquées en 2009 et 2010, qui ne pouvait nullement laisser présager les difficultés financières de la société ayant conduit à sa liquidation judiciaire".

    Communiqués de presse trompeurs, absence de déclaration et information privilégiée

    L'enquête a permis de constater que Loyaltouch et ses représentants auraient communiqué des données financières inexactes dans les communiqués des 29 mai 2009, 4 septembre 2009, 16 septembre 2009, 16 novembre 2009 et 11 mai 2010.

    Elle a aussi démontré que SCF (Stratégic Corporate Finance), actionnaire de Loyaltouch, aurait cédé 35 225 actions, entre le 1er et le 21 juin 2010, pour un montant total de 206 467 euros, alors même que M. Christian Quérou en sa qualité de président du conseil de surveillance de Loyaltouch, détenait une information relative aux difficultés financières de Loyaltouch. Enfin, qu'aucune déclaration n'avait été effectuée au titre de ces cessions alors que SCF était présidée et contrôlée majoritairement par M. Christian Quérou, lequel était alors président du conseil de surveillance de Loyaltouch.

    On se souvient que peu après la liquidation, de nombreux petits porteurs avaient tenté une procédure de type "Class Action" devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. L'action avait été menée par le Groupement Autonome des Actionnaires et des Porteurs de Parts (GAAPP), association qui regroupait les victimes et présidée par Jean-François Goulon, qui s'était exprimé sur Boursier.com en avril 2011.


    Communiqué visible sur Internet (par exemple sur boursier .com)
    Transmis par Salimar

    RépondreSupprimer
  7. http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/l-amf-inflige-1-million-d-euros-d-amende-pour-communication-d-informations-inexactes-23-07-2014-4022665.php

    RépondreSupprimer
  8. http://www.boursier.com/actions/actualites/news/loyaltouch-christian-querou-sanctionne-de-1-million-d-euros-par-l-amf-588537.html

    RépondreSupprimer

Vous pouvez poster ici vos commentaires, questions ou réactions. Si vous citez des faits, pensez à indiquer vos sources. Le site est désormais modéré a posteriori.

Pour poster, indiquez de préférence votre compte google si vous en possédez un et acceptez de ne pas être anonyme, afin que votre commentaire ne risque pas d'être effacé par la suite. A défaut, indiquez votre pseudo en choisissant l'option "nom/url".